24 décembre 2017 Non Par Cameroun-inside

 

Le gouvernement camerounais a décidé d’allouer en 2018 une enveloppe de 124,212 milliards de francs CFA pour des dépenses militaires, et dont l’objectif principal est d’enrayer les crises sécuritaires dont connaît le pays, en particulier la guerre contre Boko Haram à l'Extrême-Nord et l'insurrection liée aux sécessionnistes anglophones dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

D’après le ministère de la Défense (MINDEF) qui a assure qu’ « aucun pan du territoire national ne sera négligé », il est notamment question d’apporter des réponses idoine à ces deux « pôles d’insécurité ».

Les  dépenses militaires destinées au volet logistique, humain, technique et  opérationnel dont la finalité étant « de préserver l’intégrité territoriale du Cameroun et d’assurer la sécurité des citoyens et de  leurs biens ».

Ces dépenses militaires font partie de l’enveloppe globale des 238,910 milliards de francs CFA de budget du ministère de la Défense issu de la loi de finances de l'exercice 2018 votée au parlement en mi-décembre et promulguée mercredi dernier par le chef de l’Etat Paul Biya.

Analystes et observateurs s’accordent sur la fait que le renforcement du dispositif sécuritaire sut le territoire national constitue un défi devenu crucial en raison des violences causées par Boko Haram depuis 2014 puis des activistes sécessionnistes des régions anglophones depuis 2016 et dont on note une radicalisation du mouvement avec des attaques terroristes, l’assassinat des forces de l’ordre et la destruction des édifices publics.

Ces derniers n’écartent pas d’ailleurs que « le montant des fonds officiellement alloué aux opérations militaires soit revus à la hausse selon des contingences » tant tout semble croire que ni la fin de la guerre contre des obscurantistes de  Boko Haram encore moins contre les partisans de la sécession du Cameroun n’est pour demain.

MBOG/of/APA